retour
Les Mardis de la Philosophie MONTAIGNE
Les Mardis de la Philosophie MONTAIGNE
mardi 14 févr. 2017

Attention ! Rencontre reportée au mardi 14 février, 18h

 

Deux enseignants philosophes de Maurice se saisissent de l’œuvre majeure de Montaigne « Les Essais » pour la présenter et ouvrir un débat autour du thème abordé.

Présenté par Geneviève Ginvert et Joseph Cardella


M
ontaigne est né en 1533 au château de Montaigne dans le Périgord. Son père, héritier d’une famille enrichie par le négoce, est le premier à abandonner sa profession pour vivre en gentilhomme. Il s’attache à donner une bonne instruction à son fils. À six ans, après avoir reçu les enseignements d'un précepteur allemand qui ne lui parle qu’en latin, Montaigne entre au collège de Guyenne à Bordeaux, réputé pour son enseignement. À treize ans, il apprend le droit à Toulouse et, en 1554, il est conseiller à la Cour des aides de Périgueux. Ses fonctions ne lui plaisent guère et la rencontre avec La Boétie en 1557 lui ouvre de nouvelles voies.

Il fréquente la Cour jusqu’à la mort de son père en 1568. Il peut alors vendre sa charge et se retirer dans ses terres pour se consacrer à l’écriture et à la méditation. Il ne quitte sa fameuse « librairie » qu'en de rares occasions, lors de voyages pour des raisons politiques (il déjoue les intrigues de la Ligue), ou encore pour remplir ses charges de maire (de 1583 à 1585). Dès 1572, il entreprend la rédaction des Essais, dont la première édition paraît en 1580. Ses dernières années sont consacrées à une nouvelle version, publiée après sa mort survenue en 1593.

Les Essais sont d'abord le livre d'un grand lecteur et le fruit de cette retraite intellectuelle que leur auteur décida de prendre en 1570. La lecture, mais aussi le fait de noter sur les textes ses propres commentaires, sont pour lui « source de délices ». Cependant, peu à peu Montaigne se met à exprimer à son tour sa pensée personnelle. Le ressort de sa démarche est le « connais-toi toi-même » socratique, développé en « Fay ton faict et te cognoy ». L’idée directrice de son oeuvre est que tout homme porte en lui « la forme entière de l’humaine condition ». En s’analysant lui- même, Montaigne souhaite instruire et mobiliser son lecteur en l’incitant à suivre son exemple. En 1576, il fait graver une médaille qui porte sa devise, Que sais-je?, qui sera le point d'ancrage de toute son oeuvre et le fondement d'une nouvelle forme de pensée où le doute devient l'expression du devoir intellectuel.

 

 

Consultez notre calendrier d'évènements
J'y Vais
mardi 14 févr.
18h

Médiathèque

Entrée libre et gratuite