retour
Couleur de peau miel
Couleur de peau miel
samedi 14 déc. 2019

Une magnifique histoire d’adoption tirée de faits historiques survenus en Corée dans les années soixante. Dessins et images réelles s’entremêlent dans ce film d’animation d’une maîtrise impressionnante.


Réalisé par Jung et Laurent Boileau
Avec Maxime Anciaux, Cathy Boquet, Mahé Collet
Durée : 1h15

Synopsis :

Ils sont 200 000 enfants coréens disséminés à travers le monde depuis la fin de la guerre de Corée.
Né en 1965 à Séoul et adopté en 1971 par une famille belge, Jung est l’un d’entre eux.
Adapté du roman graphique Couleur de peau : Miel, le film revient sur quelques moments clés de la vie de Jung : l’orphelinat, l’arrivée en Belgique, la vie de famille, l’adolescence difficile... Il nous raconte les événements qui l’ont conduit à accepter ses mixités. Le déracinement, l’identité, l’intégration, l’amour maternel, tout comme la famille recomposée et métissée, sont autant de thèmes abordés avec poésie, humour et émotion...

Réalisé dans un étonnant mélange d’images réelles et dessinées, entre présent et souvenirs, utilisant à l’occasion des archives historiques et familiales, "Couleur de peau : Miel" est un récit autobiographique d’animation qui explore des terres nouvelles.

Source : Allociné


Biographies :

Sik Jun Jung est adopté par une famille belge en 1971; il prend pour nom d'adoption Jung Henin.
Il suit des études d'Humanités Classiques (latin et mathématiques) à l'Athénée Royal de Rixensart, avant de fréquenter un an, en 1985, l'atelier Saint-Luc de Bruxelles. Il étudie ensuite à l'académie des Beaux-Arts de Bruxelles, en section Illustration.
Parallèlement, il fait un bref passage dans le dessin animé, à la Cambre. C'est en 1987 que sa carrière prend un tournant décisif, puisqu'il rencontre Marc Michetz, qui le présente au magazine Spirou. Cela lui permet d'illustrer quelques courts récits dans Spirou et Tintin.

En 1991, Jung publie le premier des quatre tomes de Yasuda, chez Hélyode-Lefranc. La finalité de ses dessins est pour lui de faire transparaître des émotions, des sentiments, avec des personnages bien présents, vivants.
En 1992, il reçoit le Prix regards chrétiens sur la bande dessinée pour Yasuda.
En 2007, il se lance dans l'écriture de Couleur de peau: miel, une bande dessinée autobiographique dont il corélisera le film avec Laurent Boileau en 2009. Le tome 2 de cette série est sorti en 2008, le 3ième en 2013 et le tome 4 en 2016.

Il signe avec Kwaïdan son premier scénario, une nouvelle série qui frappe par la beauté des couleurs directes et la poésie subtile et raffinée qui émane de ce conte nippon.

Il publie "babybox" en 2018.

Source : bedetheque.com


Laurent Boileau est né le 24 septembre 1968 à Compiègne. Après des études à l'Ecole Supérieure de Réalisation Audiovisuelle de Paris, il travaille pendant 10 ans comme chef opérateur puis comme chef monteur sur une trentaine de documentaires. En 1999, il passe à la réalisation avec Un moulin dans le vent, Image d'Or au festival de Pézenas. Il participe ensuite à la série, de 26x13 min, L'éducation en questions, produite par Mosaïque Films pour France 5.

 

Sa passion pour la bande dessinée et plus généralement sur les arts graphiques l'amène à réaliser plusieurs films sur le 9e art : Les Artisans de l'imaginaire (France 3, 2004), Spirou, une renaissance (TLM, 2004), Franquin, Gaston et compagnie (France 5, RTBF, 2005) et bien d’autres.

À l'occasion des 20 ans de la chute du mur de Berlin, il développe une série d'animation de 10x3 min pour la RTBF et curiosphere.tv (diffusée également au festival de Pessac). Parallèlement à son métier de réalisateur, il anime pendant 3 ans le site BD de France Télévisions et chronique sur le site d'actualités Actuabd.

En 2012 sort son premier long métrage d'animation, Couleur de peau: Miel (Approved for Adoption), récompensé par 30 prix dont le Prix du Public au Festival International du Film d'Animation d'Annecy, le Grand Prix au FIFEM de Montréal, le Grand Prix et le Prix du Public au Festival Animafest de Zagreb.
En 2013, il réalise Lady of the Night, un court-métrage d'animation sur une musique originale d'Attie Esterhuizen.
En 2019, J'irai décrocher la lune, son deuxième long-métrage, sort sur les écrans de cinéma.

Source : laurentboileau.fr 


Critiques presses :

« Un récit riche en émotion, en humour et en poésie qui s'adresse autant aux petits qu'aux grands. (...) Un kaléidoscope de sensations et d'humeurs dont la poignante mélancolie renvoie au travail d'un Isao Takahata ("Le Tombeau des Lucioles", "Pompoko"). » Christophe Narbonne, Premiere


« Le dessin, mélange harmonieux de 2D et de 3D, éclairé de couleurs chaudes, convient parfaitement à la texture du souvenir et du rêve. (...) Par petites touches quotidiennes, Jung raconte son rapport ambivalent à son pays d'origine, du rejet total à la curiosité lancinante. A son éternelle quête d'identité, seule la douceur cuivrée des images apporte un apaisement.» Cécile Mury, Télérama

 

J'y Vais
samedi 14 déc.
10H

Doha College (Souillac), avec l'Alliance française

Gratuit