retour
Festival Ile Courts 2018 : Entre émotions et passions
Festival Ile Courts 2018 : Entre émotions et passions
jeudi 11 oct. 2018

Le 11e Festival Ile Courts, organisé par l’Association Porteurs d’Images, se tiendra du 9 au 13 octobre 2018. L’Association Porteurs d’Images réunit près de 60 professionnels du cinéma de Maurice et mène des activités de développement de la culture cinématographique et de professionnalisation du secteur à Maurice et dans l’océan Indien.  

Depuis 2012, le Festival Île Courts invite un grand réalisateur indépendant, originaire d'Afrique ou d'Asie, à être le parrain du Festival. Après le réalisateur sénégalais Moussa Touré, le réalisateur indien Anurag Kashyap, le réalisateur nigérian Newton I. Aduaka, la réalisatrice indienne Ruchika Oberoi, le réalisateur mozambicain Licinio Azevedo, nous accueillons la réalisatrice française Chantal Richard qui partagera sa vision du cinéma et du documentaire avec les Mauriciens.


Chantal Richard, documentariste & réalisatrice
Après des études de philosophie et de lettres, puis de cinéma à l’I.D.H.E.C., Chantal Richard se consacre à la réalisation de ses films. Qu’ils soient de fiction ou documentaires ceux-ci l’ont souvent conduit en Afrique. Elle anime également des ateliers de cinéma, entre autres à la FEMIS, l’ENS de Lyon, le CREADOC d’Angoulême, l’Université de France Télévisions, la MRSH de l’Université de Caen, l’association Porteurs d’images à l’île Maurice, les Ateliers Varan…

« Ce festival revêt une importance essentielle ! Tout d’abord, le festival montre des films mauriciens souvent très inventifs et cela permet de découvrir les cinéastes de demain. De plus Île Courts propose des ateliers professionnels, dont les thèmes varient chaque année, et là aussi, c'est l'occasion pour des cinéastes de mettre en œuvre les films dont ils rêvent et qui ne pourraient peut-être pas exister autrement. Enfin c'est un lieu de rencontre avec des invités, des réalisateurs d'autres pays, des responsables de festivals… Aucune cinématographie ne se construit et n'existe sans cette ouverture vers les autres et les films venus d'ailleurs. Le festival est donc vital ! ».


Le documentaire : cinéma vérité, cinéma direct, réel, scénario, fiction... ?
Qu’il soit porteur de l’histoire des hommes et de leurs luttes, de récits de vies insoupçonnées, de la mémoire des traumatismes collectifs ou individuels, de nos utopies ou de nos rêves, le cinéma documentaire nous propose de rencontrer le monde et de rencontrer les autres. On a parfois tendance à croire que ce cinéma-là, parce qu’il cherche la vérité, parce qu’il témoigne, parce qu’il se crée avec le réel, se fabrique sans artifices, sans mise en scène, sans scénario…  

C’est oublier que le réel nécessite regard, écoute et attention pour pouvoir être transmis.
C’est oublier aussi que le cinéma documentaire c’est avant tout du cinéma. Alors : direct, mise en situation, spontanéité, paroles, récits, partage, montage, transmission, dramaturgie, fiction… ?

Pour voyager au cœur de ces questions, deux films fondateurs nous accompagnerons : « Chronique d’un été » de Jean Rouch et Edgar Morin (1960) et « Pour la suite du monde » de Pierre Perrault et Michel Brault (1962). Deux films d’aujourd’hui viendront poursuivre la réflexion : « Entrée du personnel » de Manuela Frésil (2013) et « La sociologue et l’ourson » de Étienne Chaillou et Mathias Théry (2016).



  

 

Consultez notre calendrier d'évènements
J'y Vais
jeudi 11 oct.
14H- 16H

Galerie

Masterclass ouverte à tous, dans la limite des places disponibles 
Résa : 467 4222
Tout public